Sélectionnez votre pays/région dans le menu ou en cliquant sur la carte du monde *
Country Selector Alternate Image


Presse


    Communiqué

    30/07/2010

    Résultats semestriels 2010 : Forte amélioration des résultats au premier semestre, révision à la hausse des objectifs 2010

    Croissance à deux chiffres du CA au T2,
    portée par Industry, IT et les nouvelles économies
    Forte progression de la marge au S1, en hausse de 3,6 pts à 15,2%¹
    Résultat net multiplié par deux, à 735 M€
    Objectif de marge relevé à environ 15,5%¹ en 2010

    ----------------------------------------------------------------------------------------------------

    Rueil-Malmaison, le 30 juillet 2010 – Schneider Electric publie aujourd’hui son chiffre d’affaires du deuxième trimestre et ses résultats semestriels pour la période clôturée le 30 juin 2010.

    Chiffres clés (en millions d’euros)

    S1
    2009

    S1
    2010

    Variation

    Chiffre d’affaires
    Croissance organique

    7 775

    8571

    +10,5%
    +6,4%

     

     

     

     

    EBITA² avant coûts de restructuration et charges d’intégration d’Areva Distribution
    En % du chiffre d’affaires 

    903

    11,6%

    1 301

    15,2%

    +44%

    +3,6

     

     

     

     

    Résultat net

    346

    735

    +112%

     
    1 EBITA avant coûts de restructuration et charges d’intégration d’Areva Distribution
    2 EBITA : résultat d'exploitation avant amortissement et dépréciation des actifs incorporels issus des acquisitions

    Jean-Pascal Tricoire, Président du Directoire, a déclaré : « Nos activités ont retrouvé de la vigueur au cours des derniers mois. Nous bénéficions clairement de la diversification de nos marchés finaux, les marchés industriels et les centres de données ayant été les premiers à rebondir. Les nouvelles économies poursuivent leur dynamique robuste avec une croissance à deux chiffres. Et nous avons su saisir les nouvelles opportunités du marché, notamment dans les domaines de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. 

    Nous avons aussi fortement amélioré la rentabilité. Le bon déploiement du programme One nous permet d’optimiser encore notre structure de coûts. Grâce à d’importants gains de productivité industrielle et d’efficacité opérationnelle. nous sommes bien positionnés pour atteindre d’ici 2011 l’objectif de réduction de coûts de 1,6 milliards d’euros. Parallèlement, nous avons pu recommencer à investir pour poursuivre notre croissance dans les nouvelles économies.

    Nous relevons donc nos objectifs pour l’exercice 2010. Nous attendons une progression organique du chiffre d’affaires du second semestre globalement comparable à celle du premier semestre et nous visons désormais pour l’exercice une marge EBITA de l’ordre de 15,5% avant coûts de restructuration et impact de consolidation d’Areva Distribution.

    L’intégration d’Areva Distribution, qui représente une étape majeure pour notre activité moyenne tension, est en bonne voie et constituera l’un des faits marquants du second semestre. »

    I. CHIFFRE D’AFFAIRES T2 EN CROISSANCE À DEUX CHIFFRES GRÂCE AU REDRESSEMENT DE TOUTES LES ACTIVITÉS ET DE TOUTES LES RÉGIONS

    Au deuxième trimestre 2010, le chiffre d’affaires s’élève à 4 661 millions d’euros, en hausse de 18,5% à périmètre et taux de change courants. La croissance s’établit à +10,2% à périmètre et taux de change constants.

    Croissance par activité au deuxième trimestre

    En millions d'euros 

    CA
    S1 2010

    Croissance
    organique
    S1 

    CA
    T2 2010

    Croissance
    organique T2

    Power

    4 826

    +1,7%

    2 615

    +5,8%

    Industry 

    1 678

    +23,1%

    914

    +27,1%

    IT 

    1 209

    +8,4%

    667

    +10,0%

    Buildings

    654

    -0,5%

    351

    +2,4%

    CST 

    204

    +18,5%

    114

    +30,2%

    Total

    8 571

    +6,4%

    4 661

    +10,2%

    Power (56% du CA du Groupe) a renoué avec la croissance au deuxième trimestre, avec un chiffre d’affaires en progression de 5,8% à périmètre et taux de change constants. La moyenne tension, malgré des marchés de la construction encore faibles et la baisse des investissements des régies électriques, s’est stabilisée sur le trimestre. La croissance de la basse tension s’est accélérée au T2, soutenue par le rebond de la demande industrielle et le dynamisme des nouvelles économies, qui ont compensé la faible demande des marchés matures, notamment en Europe de l’Ouest. Les solutions et services ont enregistré une forte amélioration séquentielle grâce à la solide progression des projets en Asie-Pacifique et au succès des solutions pour les énergies renouvelables en Europe. Toutes les régions ont renoué avec la croissance ; l’Asie-Pacifique en reste le moteur, tandis que l’Europe de l’Ouest et l’Amérique du Nord progressent.

    Industry (20% du CA du Groupe) a vu la croissance de son chiffre d’affaires s’accélérer au T2, en hausse de 27,1%, par rapport à la même période de l’exercice précédent. Comme au premier trimestre, l’activité a bénéficié du redressement mondial des marchés finaux, notamment chez les fabricants de machines, ainsi que des investissements en infrastructures dans les nouvelles économies – mouvement amplifié par des commandes anticipées de clients afin de limiter l’impact de la pénurie de certains composants. Le succès de nouvelles offres pour les fabricants de machines a généré une forte croissance des solutions. La tendance a été forte dans toutes les régions, en particulier en Asie-Pacifique.

    IT (14% du CA du Groupe) a enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 10,0%. Les petits systèmes ont continué à bénéficier d’une demande soutenue pour les réseaux d’entreprise et du succès du lancement de nouvelles offres. La dynamique des grands systèmes s’est accélérée dans la plupart des régions, reflétant une meilleure demande pour les centres de données. Les services continuent à alimenter la croissance. L’Europe de l’Est, grâce notamment à la Russie, est la région qui a enregistré le rebond le plus marqué au T2. L’Asie-Pacifique a subi quelques pénuries de matières premières, face à une forte demande. La hausse de l’activité a été portée par l’Amérique du Nord, tandis que la reprise de l’Europe de l’Ouest reste à venir.

    Buildings (8% du CA du Groupe) s’est également redressé, avec une croissance organique de 2,4%. Une demande accrue pour les produits de sécurité dans les nouvelles économies a compensé en partie la faiblesse des activités liées à la construction. Dans le domaine des solutions, les services à la base installée et les services avancés ont confirmé la tendance favorable observée au T1, grâce aux projets d’efficacité énergétique en Amérique du Nord et en Europe de l’Ouest.

    CST (2% du CA du Groupe), s’est inscrit en hausse de 30,2%, par rapport au point bas du T2 2009. L’activité a bénéficié de la forte reprise des marchés de l’automobile et des poids lourds, ainsi que du regain mondial de la demande pour l’industrie, marché final principal de l’activité aujourd’hui.

    Croissance par région¹ au deuxième trimestre

    En millions d’euros

     CA
    S1 2010

    Croissance
    organique
    S1

     CA
    T2 2010

    Croissance
    organique
    T2

    Europe de l’Ouest 

    2 884

    +1%

    1 480

    +6%

    Amérique du Nord 

    2 197

    +2%

    1 224

    +6%

    Asie-Pacifique 

    2 042

    +24%

    1 154

    +24%

    Reste du Monde2

    1 448

    +4%

    803

    +8%

    Total

    8 571

    +6,4%

    4 661

    +10,2%

    ¹   À partir de 2010, les données par zone géographique reflètent un chiffre d’affaires par destination et non plus par pays de facturation, d'où des différences potentielles avec les chiffres publiés en 2009.

    ²  Comparé à la publication 2009, le Reste du Monde comprend – outre le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Amérique du Sud –l’Europe de l’Est depuis 2010 , conformément à la nouvelle organisation de Schneider Electric.

    L’Europe de l’Ouest (32% du CA du Groupe au T2) a connu une évolution positive et ressort en croissance de 6% par rapport au T2 2009. La progression de la demande des fabricants de machines en Allemagne et en Italie ainsi que la reprise des activités du Groupe en France ont compensé le recul du marché de la construction en Espagne et en Scandinavie.

    L’Amérique du Nord (26% du CA du Groupe) a également retrouvé le chemin de la croissance, avec un chiffre d’affaires en progression de 6% par rapport à la même période de l’année dernière, grâce à la demande soutenue pour les centres de données et au rebond du marché industriel, qui ont ainsi compensé l’impact négatif des activités liées à la construction.

    L’Asie-Pacifique (25% du CA du Groupe) s’inscrit en hausse de 24%, une performance comparable à celle du premier trimestre. L’ensemble de la région affiche une dynamique robuste, grâce à une reprise aussi soutenue dans les pays matures que dans les nouvelles économies.

    Le Reste du Monde (17% du CA du Groupe) enregistre une solide performance au T2, avec un chiffre d’affaires en progression de 8%. Si la plupart des régions, notamment la Russie et l’Amérique latine, affichent une croissance à deux chiffres, l’Afrique reste en retrait en raison d’une base de comparaison toujours défavorable.

    Le chiffre d’affaires des nouvelles économies progresse de 17% au deuxième trimestre et représente 35% du chiffre d’affaires du Groupe au premier semestre 2010.

    Périmètre et effet de change

    La contribution des acquisitions s’élève à 49 millions d’euros, soit +1,2%.

    L’évolution des taux de change a eu un impact positif de 254 millions d’euros, essentiellement du fait de l’appréciation de la plupart des devises par rapport à l’euro, notamment le dollar américain, le yuan chinois, le dollar australien, le dollar canadien et le real brésilien.

    II. CHIFFRES CLÉS DU PREMIER SEMESTRE 2010

    En millions d’euros

    S1
    2009

    S1
    2010

    Variation

    EBITA avant coûts de restructuration et

    charges d’intégration d’Areva Distribution
    En % du chiffre d’affaires

    903

    11,6%

    1 301

    15,2%

    +44%

    +3,6pts

     

     

     

     

    Charges d’intégration d’Areva Distribution
    Coûts de restructuration


    (112)

    (15)
    (61)

     

     

     

     

     

    EBITA

    791

    1 225

    +55%

     

     

     

     

    Net income (Group share)
    Bénéfice par action (%) 

    346
    1,43 

    735
    2,86 

    112%

     

     

     

     

    Cash flow libre

    726

    457

    -37%


    MARGE EBITA DE 15,2% AVANT COÛTS DE RESTRUCTURATION ET CHARGES D’INTEGRATION D’AREVA DISTRIBUTION

    L’EBITA avant coûts de restructuration et charges non-récurrentes liées à l’acquisition d’Areva Distribution atteint 1 301 millions d’euros au premier semestre, en hausse de 44% par rapport à l’année précédente, soit 15,2% du chiffre d’affaires (+3,6 points). La nette progression de la rentabilité reflète le succès du déploiement du programme d’entreprise One lancé en 2009.

    Les principaux facteurs à l’origine de cette bonne performance sont :

    - Le solide rebond des volumes, dont l’impact positif sur la rentabilité s’élève à 192 millions d’euros.

    - La productivité et l’adaptation des structures ont généré des économies de 343 millions d’euros. Les coûts des fonctions support ont reculé de 50 millions d’euros, du fait de l’effet conjugué de la poursuite des efforts de réduction des coûts dans les pays matures et de réinvestissements dans certaines nouvelles économies, pour répondre à la reprise. Le rebond des volumes, conjugué à une excellente maîtrise des coûts fixes de production, s’est traduit par des gains significatifs de productivité industrielle au premier semestre, avec 293 millions d’euros d’économies provenant des achats, du rééquilibrage et de la rationalisation de la production. Les économies de coûts réalisées depuis le lancement du programme One en 2009 s’élèvent à 1 milliard d’euros, soit 62% de l’objectif fixé à 3 ans.

    - Les résultats du premier semestre bénéficient d’un effet de change positif de 61 millions d’euros, en partie dû à un effet de transaction lié à l’appréciation des devises australienne, canadienne et brésilienne par rapport à l’euro.

    Ces différents gains ont toutefois été partiellement minorés par les éléments suivants :

    - L’impact du mix à -26 millions d’euros, substantiellement meilleur par rapport à la même période de l’année précédente.

    - L’effet prix a été quasi-nul, à -19 millions d’euros, en ligne avec les attentes.

    - L’augmentation du coût des matières premières a pesé pour 35 millions d’euros sur les bénéfices, tandis que l’inflation des coûts de main d’œuvre de production s’est limitée à 18 millions d’euros. Les coûts des fonctions support et autres coûts (y compris ceux du système informatique global) ont augmenté de manière significative à 77 millions d’euros, en particulier dans les nouvelles économies, suite au fort rebond de l’activité.

    Les acquisitions, nettes des cessions, ont un impact positif de 6 millions d’euros.

    L’EBITA avant coûts de restructuration de 1 286 millions d’euros intègre une charge non-récurrente de 15 millions d’euros liée à l’acquisition d’Areva Distribution, qui ont été retraités pour permettre une meilleure comparaison.

    Par activité, la marge de Power a gagné 2,1 points par rapport à l’année précédente pour atteindre 19,7% du chiffre d’affaires. Industry affiche une marge similaire, à 19,1%, après un bond de 11,0 points. La marge de IT poursuit sa progression et ressort en hausse de 1,6 point, à 14,7%. L’augmentation des volumes et les efforts de restructuration permettent à la marge de CST de progresser de 12,9 points, à 12,3% du chiffre d’affaires. Buildings reste toutefois impacté par la faiblesse du marché de la construction et voit sa rentabilité en baisse de 1,2 point, à 9,5%.

    Certaines fonctions rapportées au sein des activités sont désormais rattachées aux centres de services partagés du Groupe, et donc comptabilisées comme des coûts centraux, conformément à la nouvelle organisation mise en place dans le cadre du programme d’entreprise One. En conséquence, les coûts centraux au premier semestre 2010 totalisent 238 millions d’euros, ce qui représente 2,8% du chiffre d’affaires (avant les charges non-récurrentes liées à l’acquisition d’Areva Distribution), un niveau similaire à 2009 en données comparables.

    RÉSULTAT NET EN HAUSSE DE 112%, BÉNÉFICE PAR ACTION MULTIPLIÉ PAR DEUX, À 2,86 EUROS

    Le résultat net s’élève à 735 millions d’euros, en progression de 112% par rapport à la même période de l’année précédente. Il inclut 90 millions d’euros de dépréciation de survaleurs et d’actifs incorporels, dont 29 millions d’euros au titre de l’amortissement de certaines marques dans le cadre du projet de migration des marques du Groupe.

    Les charges financières se montent à 132 millions d’euros, dont 22 millions d’euros correspondant à la composante financière des plans à prestation définies, et 37 millions d’euros à un impact positif de change.

    Le montant de l’impôt sur les sociétés ressort à 241 millions d’euros, soit un taux effectif d’impôt de 24,0%.

    CASH FLOW D’EXPLOITATION SOLIDE, EN HAUSSE DE 52%
    UN CASH FLOW LIBRE TEMPORAIREMENT LIMITÉ PAR L’AUGMENTATION DU BFR

    Le cash flow d’exploitation est élevé et atteint 1 167 millions d’euros, en progression de 52% par rapport à la même période de l’année précédente.

    Le cash flow libre s’établit à 457 millions d’euros, soit 5,3% du chiffre d’affaires, temporairement limité par l’augmentation du besoin en fonds de roulement (492 millions d’euros) en raison de la forte progression des volumes et de la croissance des stocks pour faire face aux pénuries de certains composants afin d’assurer  la livraison aux aux clients.

    Les investissements nets s’élèvent à 218 millions d’euros, en baisse de 70 millions d’euros par rapport à l’année dernière.

    BILAN SOLIDE APRÈS L’ACQUISITION D’AREVA DISTRIBUTION

    La dette nette de Schneider Electric ressort à 4 013 millions d’euros (4 142 millions d’euros en juin 2009) après règlement de l'acquisition d’Areva Distribution. Le ratio dette nette / capitaux propres demeure peu élevé à 28,7% au 30 juin 2010, permettant au Groupe d’afficher un ratio dette nette / EBITDA solide à 1,4x.

    III. POINT SUR L’ACQUISITION D’AREVA DISTRIBUTION

    À la suite de l’accord signé le 20 janvier 2010 par Alstom et Schneider Electric avec Areva, portant sur l’acquisition de sa filiale d’équipements de transmission et distribution, Areva T&D, Schneider Electric a finalisé la transaction et acquis l’activité distribution d’Areva T&D le 7 juin 2010. L’impact financier de cette opération s’élève à 1 024 millions d’euros, avant ajustements éventuels.

    L’activité sera consolidée au second semestre 2010 pour la période de juin à décembre et intégrée dans l’activité Energy à partir de 2011. Elle devrait apporter au chiffre d’affaires du Groupe environ 1,1 milliard d’euros pour la période consolidée en 2010 et générer une marge EBITA autour de 5%, avant coûts d’intégration et de séparation, soit un impact d’environ  0,5 point sur la marge 2010 du Groupe. La transaction aura un impact relutif sur le BPA en 2010, avant coûts d’intégration et de séparation.

    Les coûts d’intégration et de séparation sont estimés à 50 millions d’euros environ pour cette année. La charge fiscale supplémentaire liée au transfert de l’activité est en cours d’évaluation.

    Suite à la finalisation de cette transaction, et en application de la réglementation boursière indienne, Alstom et Schneider Electric ont lancé une offre de rachat obligatoire portant sur 20% du capital de la filiale cotée en bourse d’Areva T&D en Inde.

    IV. FAITS MARQUANTS

    - Le Conseil de Surveillance de Schneider Electric SA a nommé Mme Dominique SENEQUIER censeur de Schneider Electric SA.

    Le 1er juillet 2010, le Conseil de Surveillance de Schneider Electric SA a nommé Mme Dominique SENEQUIER censeur de Schneider Electric SA. Sa nomination comme membre du Conseil de Surveillance sera proposée à l’assemblée générale des actionnaires 2011.

    - Succès du refinancement obligataire et du rachat partiel de l’obligation 2013

    Schneider Electric a annoncé le 9 juillet 2010 deux émissions obligataires pour un montant total de 800 millions, ainsi que le rachat partiel de son obligation venant à échéance en juillet 2013.

    L’objectif de ces transactions est d’assurer le refinancement partiel de la dette du Groupe, notamment l’obligation de 900 millions d’euros venant à échéance en août 2010, ainsi que d’allonger la maturité moyenne de la dette. Le rachat partiel de l’obligation de juillet 2013 permettra aussi de diminuer le coût de financement à partir de 2011.

    • L’obligation de 300 millions d’euros à échéance de juillet 2016 a été émise à un prix fixé à mid-swap +73bp, soit un coupon fixe de 2,875%.
    • L‘obligation de 500 millions d’euros à échéance de juillet 2020 a été émise à un prix fixé à mid-swap +88bp, soit un coupon fixe de 3,625%.
    • Le montant total du rachat de l’obligation venant à échéance en juillet 2013 s’est élevé à 263 millions d’euros. Une charge financière exceptionnelle d’environ 40 millions d’euros liée à cette opération de rachat sera enregistrée sur le second semestre de 2010.

    V. PERSPECTIVES 2010

    Schneider Electric attend une progression du chiffre d’affaires organique du second semestre globalement comparable à celle du premier semestre. La reprise des activités Industry et IT devrait se poursuivre, mais sur une base de comparaison moins favorable. Les activités Buildings et moyenne tension, au profil de cycle plus tardif, pourraient commencer à montrer les signes d’amélioration séquentielle. La solide dynamique des nouvelles économies devrait continuer à soutenir la croissance au second semestre, tandis que les marchés matures poursuivront probablement une lente reprise.

    En conséquence, Schneider Electric vise désormais une marge EBITA de l’ordre de 15,5% avant coûts de restructuration et impact de consolidation d’Areva Distribution.

    *****************************************************

    Les comptes de l’exercice clos au 30 juin 2010 ont été arrêtés par le Directoire le 26 juillet 2010, examinés par le Conseil de Surveillance et certifiés par les auditeurs du Groupe le 29 juillet 2010.

    Les états financiers consolidés et la présentation des résultats annuels sont disponibles sur le site www.schneider-electric.com

    Le chiffre d’affaires du troisième trimestre 2010 sera publié le 20 octobre 2010.

     A propos de Schneider Electric
    Spécialiste mondial de la gestion de l'énergie, présent dans plus de 100 pays, Schneider Electric offre des solutions intégrées pour de nombreux segments de marchés. Le Groupe bénéficie d’une position de leader sur ceux de l'énergie et des infrastructures, des processus industriels, des automatismes du bâtiment, des centres de données et réseaux ainsi que d’une large présence dans les applications du résidentiel. Mobilisés pour rendre l’énergie sûre, fiable et efficace, ses plus de 100 000 collaborateurs réalisent 15,8 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2009 en s’engageant auprès des individus et des organisations afin de les aider à tirer le meilleur de leur énergie.
    www.schneider-electric.com


    Annexe - Répartition par activité

    Le chiffre d’affaires du deuxième trimestre 2010 par activité est le suivant :

     

    En millions d’euros

     

    CA

    T2

    2010

     

    Croissance
    organique
     

    Effet de périmètre

    Effet de change

    Croissance courante

    Power

    2 615

    +5,8%

    +0,2%

    +6,9%

    +12,9%

    Industry

    914

    +27,1%

    +4,5%

    +7,3%

    +38,9%

    IT

    667

    +10,0%

    +1,7%

    +7,6%

    +19,3%

    Buildings

    351

    +2,4%

    +1,4%

    +7,1%

    +10,9%

    CST

    114

    +30,2%

    +0,0%

    +6,2%

    +36,4%

    Total

    4 661

    +10,2%

    +1,2%

    +7,1%

    +18,5%

    Le chiffre d’affaires du premier semestre 2010 par activité est le suivant :

     

    En millions d’euros

     

    CA

    S1

    2010

     

    Croissance
    organique
     

    Effet de périmètre

    Effet de change

    Croissance courante

    Power

    4 826

    +1,7%

    +0,2%

    +3,6%

    +5,5%

    Industry

    1 678

    +23,1%

    +2,1%

    +3,7%

    +28,9%

    IT

    1 209

    +8,4%

    +1,5%

    +2,4%

    +12,3%

    Buildings

    654

     -0,5%

    +0,7%

    +3,0%

    +3,2%

    CST

    204

    +18,5%

    +0,0%

    +0,6%

    +19,1%

    Total

    8 571

    +6,4%

    +0,7%

    +3,4%

    +10,5%

    Annexe – Résultats par activité

     

    En millions d’euros

    CA

    EBITA1 avant restructurations et charges d’intégration d’Areva D

    Marge en % du CA

    EBITA1

    Marge en
    % du CA

    S1 2010

     

     

     

     

     

    Power

    4 826

    953

    19,7%

    923

    19,1%

    Industry

    1 678

    321

    19,1%

    299

    17,8%

    IT

    1 209

    178

    14,7%

    177

    14,6%

    Buildings

    654

    62

    9,5%

    57

    8,7%

    CST

    204

    25

    12,3%

    23

    11,3%

    Coûts centraux

    -

    (238)

    -

    (254)

    -

    Total

    8 571

    1 301

    15,2%

    1 225

    14,3%

    S1 2009

     

     

     

     

     

    Power

    4 572

    805

    17,6%

    756

    16,5%

    Industry

    1 302

    106

    8,1%

    92

    7,1%

    IT

    1 076

    141

    13,1%

    131

    12,2%

    Buildings

    634

    68

    10,7%

    59

    9,3%

    CST

    171

    (1)

    (0,6%)

    (17)

    (9,9%)

    Coûts centraux

     

    (216)

    -

    (230)

    -

    Total

    7 755

    903

    11,6%

    791

    10,2%

    NB : Hors charges d’intégration d’Areva Distribution de 15M€ au S1 2010 comptabilisées en ligne « Coûts centraux » 

    Les résultats 2009 du Groupe ont été retraités pour tenir compte de la première application des normes IFRS 3 (révisée) et du nouveau traitement fiscal de la composante assise sur la valeur ajoutée (la CVAE) de la contribution économique territoriale (CET) – consulter la note 1 des comptes.

    L’information sectorielle 2009 a été retraitée conformément à la nouvelle organisation du Groupe, avec la création d’une fonction informatique globale (IPO: Information, Process & Organization). Les coûts liés sont désormais inclus dans la ligne « Holding ».

     

    En millions d’euros 

     

    CA

    EBITA avant restructurations et gain exceptionnel2

    Marge en % du CA

    EBITA1

    Marge en
    % du CA

    2009

     

     

     

     

     

    Power

    9 233

    1 602

    17,4%

    1 535

    16,6%

    Industry

    2 665

    264

    9,9%

    198

    7,4%

    IT

    2 270

    363

    16,0%

    334

    14,7%

    Buildings

    1 268

    132

    10,4%

    121

    9,5%

    CST

    357

    20

    5,6%

    (4)

    (1,1%)

    Coûts centraux

    -

    (363)

    -

    (387)

    -

    Total

    15 793

    2 018

    12,8%

    1 797

    11,4%

    ¹  EBIT avant amortissement et dépréciation des actifs incorporels issus des acquisitions

    ²  Avant un produit exceptionnel lié à une modification de régime de retraite de 92 M€, dont Power 81 M€ et Industry 11 M€

    Relations investisseurs :
    Schneider Electric
    Carina Ho
    Contact presse :
    Schneider Electric
    Véronique Roquet-Montégon
    Contact presse :
    DGM
    Michel Calzaroni
    Olivier Labesse
    Tél. +33 (0)1 41 29 83 29
    Fax +33 (0)1 41 29 71 42
    Tél. +33 (0)1 41 29 70 76
    Fax +33 (0)1 41 29 71 95
    Tél. +33 (0)1 40 70 11 89
    Fax +33 (0)1 40 70 90 46